Devenir Ingénieur en cours du soir et formation à distance

Devenir Ingénieur en cours du soir et formation à distance avec le Cnam Hauts de France. ou Ingénieur en formation continue, en semaines bloquées

Salarié·e, travailleur·e indépendant·e, profession libérale ou demandeur·e d’emploi… Au Cnam, vous pouvez devenir ingénieur en cours du soir et formation à distance ; en construisant votre parcours à votre rythme et en mixant les modalités de formation (à distance, en semaines bloquées, cours du soir et du samedi*…).

Ingénieurs Cnam, quelques chiffres nationaux

  • 18 spécialités en formation continue Hors Temps de Travail, accessibles sur l’ensemble du réseau français, ultra marin et à l’étranger
  • Moyenne d’âge des diplômé·e·s : 35 ans pour les hommes et 32 ans pour les femmes
  • Durée moyenne d’obtention du diplôme : 6 ans
  • Salaire annuel brut moyen après diplomation : 46 000€
  • 84% des diplômé·e·s HTT déclarent une amélioration de leur situation professionnelle, dont une augmentation moyenne de 38% de salaire pour ceux qui ont changé de statut, de poste ou d’employeur
  • 64% des diplômé·e·s HTT sont en situation d’encadrement six mois après l’obtention du diplôme, contre 24% au moment de l’inscription

Le titre d’ingénieur·e Cnam est proposé dans 18 spécialités :

  • Agroalimentaire
  • Automatique et robotique
  • Bio-informatique
  • BTP
  • Chimie
  • Énergétique
  • Génie biologique
  • Génie électrique
  • Génie des procédés
  • Génie nucléaire
  • Gestion des risques
  • Informatique
  • Instrumentation-qualité
  • Matériaux industriels
  • Mécanique
  • Mécatronique
  • Systèmes électroniques
  • Télécommunications et réseaux

Contactez nos services AIOA pour savoir si la spécialité qui vous intéresse y est déployée en présentiel ou accessible en tout ou partie en formation à distance.

Logo telephone contacts cnam hdf  0800 719 720 (appel gratuit) Logo Mail contacts Cnam HdF hdf_contact@lecnam.net

Déroulement de la formation d’ingénieur

La formation se fait à son rythme en construisant son parcours et en capitalisant, sans contrainte de délais, les Unités d’Enseignement nécessaires à l’obtention du diplôme. Toutes les unités d’enseignement constitutives des cursus sont accessibles à Paris, en régions et à l’étranger. Elles ont lieu principalement en cours du soir et du samedi, parfois en semaines bloquées et certaines sont accessibles à distance.

Dans le cadre de la réforme du cursus ingénieur, une structuration du parcours est cependant proposée; la progression dans le schéma ci-dessous constitue un optimum qui doit guider les choix d’inscription.

Les grandes étapes pour obtenir le titre d’ingénieur·e

Les grandes étapes pour obtenir le titre d'ingénieur·e - Cnam Hauts de france

L’examen d’admission

C’est quoi ?
L’examen d’admission a pour objectif de :

  • vérifier que les candidat·e·s réunissent l’ensemble des conditions leur permettant de suivre le cursus d’ingénieur,
  • accompagner chacun·e dans son choix de parcours,
  • indiquer les ressources dont ils·elles pourront disposer tant auprès des personnels AIO de l’établissement que des enseignants.

Pour qui ?
Le·la candidat·e qui remplit les conditions suivantes :

  • Avoir obtenu un diplôme scientifique ou technique de premier cycle
  • Avoir validé les UE du 1er semestre

 Nul ne peut se présenter plus de trois fois à l’examen d’admission.

Comment ?
L’examen d’admission se déroule en deux étapes :

1- Un examen d’admissibilité organisé par les équipes pédagogiques nationales (EPN) à l’établissement public (Paris) ou en régions qui :

  • Examinent les dossiers des candidat·e·s
  • Procèdent aux entretiens
  • Établissent un procès-verbal pour chaque candidat·e.

Le jury est présidé par un·e enseignant·e de l’EPN ou son·sa représentant·e habilité·e en région, et comprend, outre le président, au moins un membre (1 enseignant·e et/ou professionnel·le). Le jury d’admissibilité transmet au jury d’admission la liste des élèves et les procès-verbaux.

2- Un jury d’admission national qui se charge de :

  • Statuer pour tous les parcours du diplôme.
  • Établir la liste des élèves admis à l’école d’ingénieur·e·s
  • Transmettre le nom des admis à la Direction nationale des formations.

L’oral probatoire

L’oral probatoire qui équivaut à l’UE information et communication pour l’ingénieur a pour objectif de vérifier que le·la candidat·e a acquis les connaissances, les compétences et le savoir-être requis pour exercer le métier d’ingénieur·e.

Le passage de l’oral probatoire permet :

  • L’inscription au mémoire
  • Conduit à la désignation d’un tuteur·rice enseignant·e.

Nul ne peut se présenter plus de trois fois à l’oral probatoire.

L’inscription à l’oral probatoire est condition par l’admission à l’école d’ingénieur·e·s.

Le mémoire ingénieur

Le sujet du mémoire est arrêté par le directeur de l’école d’ingénieur·e·s sur proposition de l’enseignant·e responsable du parcours. Le mémoire d’ingénieur·e consiste en la réalisation de tout ou partie d’un projet dans un contexte professionnel.

Il s’agit :

  • D’analyser un problème d’origine industrielle
  • De le traduire en termes scientifiques, techniques ou d’organisation
  • De constituer une bibliographie appropriée
  • De définir une solution et de la mettre en œuvre.
  • De préciser, le cas échéant, le point atteint dans l’évolution du projet, le programme de travail à poursuivre, les résultats escomptés.

Le travail effectif sur le sujet du mémoire correspond à au moins un semestre à temps plein. Il est classiquement précédé de six semaines pour la définition du sujet et l’organisation du travail, et se poursuit par six semaines d’exploitation des résultats et de préparation de la soutenance.

Le mémoire se prépare dans une entreprise ou dans un laboratoire.

La soutenance du mémoire est autorisée par l’enseignant·e responsable du parcours ou le·la tuteur·rice enseignant·e.

Le jury de soutenance du mémoire est constitué par décision du directeur de l’école d’ingénieur·e·s. Il est présidé par l’enseignant·e responsable du parcours qui peut déléguer cette fonction à un·e autre enseignant·e membre de l’EPN. Il comprend, a minima, outre son·sa président·e, le·la tuteur·rice du mémoire, un·e enseignant·e du domaine et/ou une personnalité du monde économique ou de l’enseignement supérieur extérieur à l’établissement dont la compétence se rapport e au sujet du mémoire.

 La préparation du mémoire, et de fait sa soutenance, sont conditionnés par la validation de l’examen probatoire.

La prise en compte de l’expérience professionnelle pour l’obtention du diplôme d’ingénieur

La prise en compte de l’expérience professionnelle du·de la candiat·e est un des marqueurs du diplôme d’ingénieur·e Cnam HTT. Elle est évaluée sur la base d’un CV et de tout justificatif permettant de juger de la pertinence de son parcours et de son niveau professionnel au regard du diplôme qu’il vise.

  L’obtention du diplôme est conditionnée par la validation finale d’une UA validant 15 ECTS d’expérience professionnelle correspondant à l’équivalent de 2 ans d’emploi à temps plein sur des fonctions classiquement confiées à un ingénieur.

Le niveau d’anglais minimal exigé pour la délivrance du diplôme d’ingénieur est le niveau B2 du cadre européen commun de références pour les langues du Conseil de l’Europe, attesté par un test externe reconnu de langues.

Les formations d’ingénieur·e·s hors temps de travail (HTT), ou plus communément appelées « cours du soir », permettent de poursuivre des études supérieures et d’accéder au diplôme d’ingénieur.

Le diplôme d’ingénieur du Cnam est accessible par la VAE dans les conditions prévues par le décret 2002- 529 du 17 janvier 2002 et fixées par le Conseil d’administration.

La Validation des Études Supérieures (VES) vous permet d’obtenir, en totalité ou en partie, un diplôme par reconnaissance de vos études suivies en France ou à l’étranger.

en savoir plus sur l'offre de formations en alternance au Cnam Hauts de France